Accueil
FESTIVES

BOISSONS SANS ALCOOL

RECETTES VEGGIE

DANSES

CONTES

CINEMA

English Version

PAYS
CONTES
Koumba sans mère
Koumba sans mère conte
© tv5monde.com
Senegal Il était un homme qui avait deux épouses. Chacune d'elles avait une fille. Allah fit qu'une des femmes mourut et laissa sa fille. Les deux filles avaient le même nom. Pour les différencier, on les surnomma : "Koumba-avec-mère" et "Koumba-sans-mère". Le père de famille craignait tant son épouse, qu'il acceptait tout ce qu'elle faisait ou disait. Il la laissait faire accomplir à Koumba l'orpheline tout le travail de la maison.

Un jour, en lavant la vaisselle, Koumba l'orpheline oublia de laver une cuillère en bois et sa marâtre, furieuse, l'envoya la laver à la mer de Ndayane. Koumba, en pleurs, prit le chemin. Elle marcha durant deux jours et deux nuits. Elle marcha, marcha, jusqu'à trouver sur son chemin un jujubier en train de se gauler lui-même. Elle s'agenouilla et le salua. Et le jujubier lui demanda :
- Mais, où vas-tu, enfant bien éduquée ?
Koumba dit :
- La coépouse de ma mère défunte m'a envoyée laver cette cuillère à la mer de Ndayane.
Le jujubier lui donna des jujubes et lui dit :
- Que Dieu guide tes pas.
Koumba le remercia et reprit sa route.
Elle marcha encore et trouva sur son chemin une marmite en train de se cuire sur un feu.
Koumba-sans-mère s'agenouilla et la salua.
La marmite lui demanda :
- Mais, où vas-tu, jeune fille bien éduquée ?
Koumba lui répondit :
- La coépouse de ma mère défunte m'a envoyée laver cette cuillère à la mer de Ndayane.
La marmite prit une part de ce qu'elle cuisait et lui donna à manger. Elle lui dit :
- Que Dieu guide tes pas.
Après avoir bien mangé, elle la remercia et reprit sa route.
Il était un homme qui avait deux épouses. Chacune d'elles avait une fille. Allah fit qu'une des femmes mourut et laissa sa fille. Les deux filles avaient le même nom. Pour les différencier, on les surnomma : "Koumba-avec-mère" et "Koumba-sans-mère". Le père de famille craignait tant son épouse, qu'il acceptait tout ce qu'elle faisait ou disait. Il la laissait faire accomplir à Koumba l'orpheline tout le travail de la maison.
Un jour, en lavant la vaisselle, Koumba l'orpheline oublia de laver une cuillère en bois et sa marâtre, furieuse, l'envoya la laver à la mer de Ndayane. Koumba, en pleurs, prit le chemin. Elle marcha durant deux jours et deux nuits. Elle marcha, marcha, jusqu'à trouver sur son chemin un jujubier en train de se gauler lui-même. Elle s'agenouilla et le salua. Et le jujubier lui demanda :
- Mais, où vas-tu, enfant bien éduquée ?
Koumba dit :
- La coépouse de ma mère défunte m'a envoyée laver cette cuillère à la mer de Ndayane.
Le jujubier lui donna des jujubes et lui dit :
- Que Dieu guide tes pas.
Koumba le remercia et reprit sa route.
Elle marcha encore et trouva sur son chemin une marmite en train de se cuire sur un feu.
Koumba-sans-mère s'agenouilla et la salua.
La marmite lui demanda :
- Mais, où vas-tu, jeune fille bien éduquée ?
Koumba lui répondit :
- La coépouse de ma mère défunte m'a envoyée laver cette cuillère à la mer de Ndayane.
La marmite prit une part de ce qu'elle cuisait et lui donna à manger. Elle lui dit :
- Que Dieu guide tes pas.
Après avoir bien mangé, elle la remercia et reprit sa route.
Quand les enfants arrivèrent, Bouki, le plus têtu, dit :
- Mère, cela sent la chair humaine dans la chambre.
Sa mère lui répondit :
- Toi, va te coucher, je suis le seul être humain ici, tu veux me manger maintenant ?
Quand les animaux se furent couchés, Koumba les piqua avec la petite aiguille, à la manière des puces. Les enfants ne purent dormir. Ils sortirent et repartirent à leurs affaires.
Koumba sortit, et la vieille lui demanda de se préparer pour retourner chez elle. Elle lui remit trois œufs et lui dit :
- Celui-ci, tu le casseras quand tu seras au milieu de la brousse.
Celui-là, tu le casseras quand tu apercevras ton village.
Ce dernier, tu le casseras quand tu seras à l'entrée de la maison. Fais attention, ne les confonds pas.
Vas-y mon enfant et que Dieu guide tes pas !"
Koumba s'agenouilla, salua, remercia et s'en alla.
Elle marcha, elle marcha, marcha jusqu'au milieu de la brousse. Elle cassa le premier œuf. Des cavaliers armés en sortirent.
Koumba se remit à marcher, marcher encore, et cassa le deuxième œuf. Des lions et des panthères en sortirent. Les cavaliers les tuèrent.
Koumba marcha, marcha, marcha. Avant de pénétrer dans le village, elle cassa le dernier œuf, de nombreux esclaves battant des tam-tams en sortirent, et d'autres chargés de sacs d'argent, d'or, et aussi de nombreux bœufs. Quand elle entra dans le village, Koumba avait un air royal. Tout le monde était dehors pour la contempler.
voir www.conte-moi.net
Albanie
Algérie
Allemagne
Antilles
Azerbaijan
Benin
Bresil
Burkina Faso
Cameroun
Centrafrique
Chine
Congo-Brazzaville
Côte d'Ivoire
Danemark
Egypte
Ethiopie
France
Gambie
Grande-Bretagne
Guyane
Haiti
Hongrie
Ile de la Réunion
Inde
Iran
Islande
Israel
Italie
Japon
Mali
Maroc
Mauritanie
Mexique
Mongolie
Nigeria
Norvege
Ouzbekistan
Perou
Portugal
République Démocratique du Congo
Russie
Senegal
Suède
Tajikistan
Togo
Tunisie
Turquie
USA
Vietnam
Qui sommes-nous ?